Le danger du rien : Rhythm 0

Rythm 0 (1974) fut une performance tenue à la Galleria Studio Morra à Naples, dans laquelle Marina Abramović se laissait manipuler par le publique de la façon qu’il préférait, utilisant des objets posés sur une table; comme des fleurs, de la nourriture ou des armes …
L’artiste définit cette performance comme l’une parmi les plus extrêmes de ses expériences.

⇑L’artiste lors de la performance


Dans ces années là était fort répandue l’opinion de ceux qui pensaient à la performance art comme quelque chose de purement exhibitionniste, masochiste, l’acte de quelq’un en quête d’attention. Par réaction, Marina Abramović décida alors de voir comment le publique aurait pu se comporter si l’artiste ne faisait rien d’autre que rien, c’est-à-dire tout simplement rester impassible.
Elle se demande quelle peut être la position du publique par rapport a ce rituel du rien, qu’est ce qu’ils vont faire dans une situation de ce genre.

⇑Les objets à disposition du public

Elle s’impose un temps pré-fixé, suivant une stratégie de John Cage adopté par plusieurs artistes dans le but de donner un début et une fin à un événement non linéaire.
Abramović alors mets son corps à disposition de l’audience. Ainsi, en travaillant avec les traditions de l’auto-flagellation, de la catharsis et de la mythologie, elle soumet son corps à un “dialogue de l’énergie” avec le publique et elle explore en même temps les limites du corps et de l’esprit.

Il faut envisager la performance comme un miroir offert aux spectateurs : je mets en scène des moments douloureux et je me nourris de l’énergie du public pour dépasser ma peur. C’est une manière de dire aux gens qu’ils peuvent y parvenir tout autant que moi.
– M. Abramović dans l’entretien avec télérama.fr

Ce qu’était commencé plutôt calmement pendant les premières trois heures, avec les participant qui l’entouraient, avec quelques approches intimes, dégénère puis dans un spectacle potentiellement dangereux et incontrôlé. Les vêtements de l’artiste viennent coupés avec des lames de rasoir; dans la quatrième heure les mêmes lames furent utilisées pour découper des morceaux de sa peu et en boire le sang. Le publique se rendit comte que cette femme n’aurait jamais fait rien pour réagir et se protéger et donc il était fort probable que quelque chose de grave lui pouvait venir; il se développa alors un groupe de protection, et quand, il lui fut placé dans la main un pistolet chargé avec son doigt sur la gâchette, une bagarre éclata entre le groupe des instigateurs et celui des protecteurs. À ce moment là, le galeriste arriva et il jeta le pistolet par la fenêtre. Après six heures du début, il annonça la fin de la performance.
L’artiste commence alors à bouger, elle reprends à être elle même après que jusqu’à ce moment là elle avait joué le rôle de la poupée impuissante. Tout le monde s’enfuit, les gens étonnés ne furent pas en mesure de se confronter avec elle en tant que personne.

Cette pièce est une puissante démonstration des dynamiques d’objectivation de la femme. C’est si intéressant remarquer comment les spectateurs répondent quand ils sont confrontés à la réalité de leur complicité dans ce processus. L’émergence de la volonté dans l’artiste passive confronte le publique à la manipulation de l’objet. à cette provocante dissonance cognitive le publique réponds avec la peur.

C.C.


Liens utiles et Réf

http://www.telerama.fr/scenes/marina-abramovic-la-grand-mere-kamikaze-de-l-art-contemporain,90368.php

http://www.tate.org.uk/whats-on/tate-liverpool/display/dla-piper-series-constellations/marina-abramovic-rhythm-0-1974 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s